Le tournant énergétique n’est-il pas au-dessus des moyens des citoyens en Allemagne ?

Non, car l’ambition de la transition énergétique est également de maintenir les prix de l’énergie à des niveaux abordables à l’avenir. Par ailleurs, la transition énergétique crée des emplois et impulse une nouvelle force économique. Ses deux piliers, le développement des énergies renouvelables et le développement de l’efficacité énergétique, ont vocation à réduire notre dépendance vis-à-vis des importations d’énergie, à renforcer la sécurité d’approvisionnement et à favoriser des investissements rentables en Allemagne. La transition énergétique porte ses fruits.

Dépenses énergétiques mensuelles d’une famille

Comparaison entre 2003 et 2013

Au cours de la dernière décennie, le prix du pétrole brut a fortement augmenté. La conséquence ne s’est pas fait attendre : en 2016, les citoyens ont dû consacrer à l’énergie environ 7,5 % de leurs dépenses de consommation courante, contre moins de 6 % à la fin du siècle dernier.
En Allemagne, les principaux postes de la facture énergétique des ménages sont le chauffage, l’eau chaude, la cuisson des aliments et les carburants issus d’énergies fossiles importées.Après la chute des prix du pétrole en 2014 qui ont réjoui aussi les Allemands, les prix ont de nouveau grimpé en 2018. Les coûts demeurent ainsi imprévisibles, car le prix des énergies fossiles et leur disponibilité continuent de dépendre des intérêts des fournisseurs.

Dépenses énergétiques mensuelles de l’ensemble des ménages allemands

Données de 2013, en milliards d’euros

C’est vrai : la transition énergétique est un projet qui s’accompagne de coûts de démarrage. Il faut investir des milliards pour créer de nouvelles infrastructures énergétiques et mettre en œuvre des mesures de renforcement de l’efficacité. De ce fait, le développement des énergies renouvelables a contribué à amplifier, au cours des dernières années, le montant moyen que les ménages consacrent à l’électricité en Allemagne. Alors qu’en 2007, les citoyens payaient en moyenne quelque 21 centimes d’euro par kilowattheure, ils doivent aujourd’hui débourser 29 centimes d’euro. Avec chaque kilowattheure d’électricité, les citoyens participent au financement du développement des énergies renouvelables par le biais du prélèvement Énergies renouvelables (ou prélèvement EEG), qui se chiffre en 2019 à 6,4 centimes d’euro. Néanmoins, la somme finale réellement déboursée par les citoyens dépend de la conjugaison de plusieurs facteurs de coûts. Ainsi, les prix à la bourse de l’électricité ont fortement baissé en raison de l’augmentation des quantités d’électricité verte qui y sont vendues. Sachant que depuis quatre ans, deux éléments constitutifs du prix final, à savoir le prélèvement EEG et le prix de l’électricité à la bourse, sont à la baisse, le prix moyen de l’électricité est resté stable pour les ménages durant cette période. En passant à un système de vente aux enchères, les coûts de promotion des énergies renouvelables baisseront et les ménages auront moins à débourser.
Il est également important pour les ménages que l’économie allemande ne soit pas trop mise à contribution. Une énergie chère a un impact sur les prix de vente aux consommateurs et sur la compétitivité des entreprises. En conséquence, l’Allemagne a dispensé les entreprises particulièrement énergivores de verser une partie du prélèvement EEG. En contrepartie, ces entreprises sont tenues d’investir davantage dans l’efficacité énergétique.