Le début de la fin de l’ère pétrolière est arrivé.

Dieter Zetsche, Daimler AG

L’industrie automobile est la première filière exportatrice allemande ; recensant plus de 750 000 salariés, cette branche est également l’un des plus grands viviers d’emplois du pays. Parallèlement, le secteur des transports est l’un des plus énergivores : il représente environ le tiers de la consommation énergétique finale en Allemagne. Voilà pourquoi le gouvernement fédéral renforce ses efforts en vue de réduire la consommation.
De premiers succès sont visibles : alors que le nombre de kilomètres parcourus chaque année pour transporter des marchandises et des personnes a quasiment doublé entre 1990 et 2017, la consommation d’énergie n’a augmenté que de 9 % pendant la même période.

Objectifs et résultats atteints par l’Allemagne dans le secteur des transports

Pour économiser encore plus d’énergie, l’Allemagne met au point des technologies plus efficaces pour les véhicules et travaille à l’électrification progressive des véhicules routiers. Dans ce contexte, l’enjeu est de faire passer à la propulsion électrique les voitures particulières, les véhicules utilitaires de livraison dans les centres urbains, les transports en commun de proximité et les motos. Le gouvernement fédéral encourage donc le développement du marché et des technologies dans ce sens par le biais de nombreux programmes.
Les véhicules à piles à combustible sont considérés comme un complément majeur aux véhicules électriques alimentés par des batteries.Les subventions publiques allouées jusqu’en 2019 à des projets dédiés à l’hydrogène et aux piles à combustible s’élèvent à 1,65 milliard d’euros. Dans les transports en commun de proximité, des bus hybrides à hydrogène circulent déjà à travers quelques grandes villes allemandes.
Outre les moteurs respectueux de l’environnement, de nouveaux concepts de mobilité gagnent en importance, comme le partage de voitures, vélos et scooters électriques en libre-service. Grâce à ce modèle de partage de véhicules, les utilisateurs contribuent à réduire la circulation automobile et à diminuer les émissions. Des solutions numériques rendant les transports plus efficaces et le passage à la bicyclette sont des apports supplémentaires. Aujourd’hui, l’Allemagne compte 2,1 millions d’autopartageurs et 150 organisations d’autopartage.

Pour que la transition énergétique réussisse aussi dans le secteur des transports, des changements sont nécessaires dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, de la politique et de l’économie. Ce processus s’inscrit dans le long terme car les transports doivent devenir plus efficaces sans limiter pour autant la mobilité des citoyens.